[Be-Zend 2016] C’est quoi un DevOps ?

Premier article dédié à la 9ème édition de Be-Zend, on va commencer par une conférence qui a tenté de répondre à la question C’est quoi un DevOps ?. Avant de commencer, un rappel du conférencier : la réponse apportée lors de cette rencontre (et donc cet article) est issue de l’expérience et de son point de vue. Il n’y a pas de réponse universelle même si certains points se retrouvent dans la plus part des définitions données au terme DevOps.

C’est donc Florian Dambrine qui a pu inaugurer cette journée. Il travaille chez GumGum (plateforme de pub intermédiaire entre agences et sites web). La présentation a débuté sur un avant/après pour les métiers de développeurs et admin sys. Voici quelques exemples mentionnés :

  • Avant : On utilisait des scripts BASH pour la mise en place de l’infra. La maintenance n’en était pas facilité.
  • Aujourd’hui : On a l’Infrastructure As Code (= utiliser les outils des dev pour administrer l’infra). Grâce à cette nouvelle méthode, il y a plus de souplesses sur l’évolution et une meilleure compréhension pour les dev.
  • Avant : Les entreprises possédaient un bloc de serveurs. On fixe l’infra au niveau machine/puissance. L’admin sys est chargé de s’assurer du fonctionnement technique des serveurs (pannes, etc).
  • Aujourd’hui : Cloud Computing. Plus flexible pour la demande de puissance qui peut varier dans le temps. Ce n’est plus l’admin sys qui est chargé de maintenir physiquement les machines (dans le cas d’un cloud externe bien sûr).
  • Avant : Release planifiées. On ne met pas en production dès qu’on le souhaite. On avait ainsi un blocage sur la mise en ligne de nouvelles fonctionnalités/correctifs. De plus, l’identification des bugs s’en trouvait plus compliquée car plusieurs semaines de codes mis en production au même moment.
  • Aujourd’hui : Continuous Delivery. Des itérations plus courtes sont apportées par les nouvelles méthodes de travail (Agile par exemple). Les mises en production rapides et sécurisées se sont donc développées.

Ensuite, Florian c’est attelé à donner et expliquer sa définition du DevOps en donnant un parallèle avec sa propre expérience. Je rappelle une nouvelle fois : La suite correspond à la vision de Florian que j’essaie de retranscrire au mieux. Il a donc mentionné plusieurs points :

  1. L’état d’esprit : Le mouvement DevOps a pour but d’améliorer le travail collaboratif entre les développeurs et les admins systèmes.
  2. Nouveaux outils : L’apparition de nouveaux outils, facilitant certaines tâches, permettent de débloquer du temps pour des tâches délaissées jusqu’à présent. Le DevOps, c’est également prendre l’habitude d’automatiser les tâches (laborieuses principalement mais toutes en règles générales). Le but étant de gagner du temps et d’éviter les erreurs humaines. L’apprentissage de ces nouveaux outils fait également partit du mouvement DevOps.
  3. Analyser : Les nouveaux outils nous aident, a nous d’en tirer profit ! Le rôle d’un DevOps sera donc de surveiller les perfs et de contrôler l’infra (remonter d’erreurs, etc).
  4. Estimer : Il doit être capable d’estimer et de budgéter la taille de l’infra nécessaire pour les futurs projets.
  5. Faire des choix : Il doit participer aux choix des technos en se documentant, en réalisant de la veille et en effectuant des benchs/stresstest pour valider/argumenter ses choix.
  6. Infra : En exploitant les nouveaux outils, il doit être capable d’appréhender et contribuer à la mise en place de l’infra.
  7. Intégration continu : Il doit s’approprier les outils et leurs écosystèmes permettant d’assurer la fiabilité des projets (Jenkins par exemple avec ses plugins). Il doit également avoir la connaissance pour s’assurer une mise en production sans interruption de service. Par exemple : Le canary testing (déploiement progressif sur des ensembles de serveurs de plus en plus grand pour évaluer l’impact d’une mise à jour).

Pour résumer, ces points sont là pour préparer le futur. On le répète toujours, mais le monde bouge vite, il faut savoir s’adapter. Le mouvement DevOps est là pour ça.

De mon point de vue, j’ai apprécié la conférence. Je ne suis pas forcément d’accord sur tous les points mais j’en approuve tout de même. Il est cependant toujours amusant de voir des buzzwords présenter des méthodes déjà présentes depuis pas mal d’années.

Vous aimerez peut être aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *